Deux raisons d’acheter une centrale vapeur

Vous connaissez les centrales vapeurs ? Si la réponse est non, alors sachez-le dès maintenant qu’il s’agit de « fers à repasser » un peu plus moderne que la version classique. Mais pourquoi en acheter une ? 

Acheter une centrale vapeur : pour prendre soin du linge

Et oui, quand un vêtement ou un simple tissu domestique est fabriqué dans une matière plus ou moins sensible à la chaleur, l’utilisation d’un fer à repasser classique est déconseillée. Oui, la température est réglable pour les modèles de fer les plus perfectionnés, mais c’est insuffisant car il faut de la vapeur d’eau pour protéger davantage les tissus de la brûlure. Mais alors, comment s’y prendre ? On peut toujours asperger le linge manuellement avec un peu d’eau au fur et à mesure du repassage, mais c’est à la fois fatiguant et relativement peu efficace. La solution véritable est de faire appel à une centrale vapeur.  Et oui, pour une centrale vapeur, en plus d’être réglable, la température de travail peut se réguler automatiquement en fonction du besoin. D’autre part, comme son nom l’indique, une centrale vapeur, produit de la vapeur, qui protège le tissu repassé de la détérioration due à la dessiccation…

 

Acheter une centrale vapeur : pour faciliter le repassage

Vous êtes vous déjà servi d’un fer à repasser qui marche au charbon ? Et bien, pour votre information, apprenez que c’est énervant car il faut tout le temps faire attention pour éviter de renverser du charbon hardent sur le linge. En outre, il en est de même pour un fer à repasser à chauffage électrique. Il faut tout le temps faire attention aux brulures, d’où la nécessité de mettre en marche sans arrêt la production de vapeur, ou  encore d’asperger le linge avec de l’eau manuellement. Dans le cas d’une centrale vapeur par contre, il faut et il suffit de charger l’eau dans la centrale au début, de faire les réglages, et puis c’est tout…

Nous venons de citer deux bonnes raisons de s’acheter une centrale vapeur. « Jamais deux sans trois » dit le dicton. Et oui, il y en a d’autres…